Un debaa pour le 14 juillet - Le film

Film documentaire 

de Elena Bertuzzi & Laure Chatrefou

Capture d’écran 2022-03-12 à 12.19.40
Capture d’écran 2022-03-12 à 12.32.07
Capture d’écran 2022-03-12 à 12.30.51
Capture d’écran 2022-03-12 à 12.32.07
Un_debaa_pour_le_14_ juillet. j
Capture d’écran 2022-03-12 à 12.25.12
Madrassati Salamia Bambo Ouest
Capture d’écran 2022-03-12 à 12.17.58
Capture d’écran 2022-03-12 à 12.18.50
Capture d’écran 2022-03-12 à 12.15.24
Capture d’écran 2022-03-12 à 12.10.33
Capture d’écran 2022-03-12 à 12.09.21
Capture d’écran 2022-03-12 à 12.07.01
Capture d’écran 2022-03-12 à 12.07.39
Capture d’écran 2022-03-12 à 12.03.10
Capture d’écran 2022-03-12 à 12.02.37
Capture d’écran 2022-03-12 à 12.01.42
Capture d’écran 2022-03-12 à 11.59.24
Capture d’écran 2022-03-12 à 12.01.01
Capture d’écran 2022-03-12 à 11.56.25
Capture d’écran 2022-03-12 à 11.55.45
Capture d’écran 2022-03-12 à 11.53.07
Capture d’écran 2022-03-12 à 11.51.56
Capture d’écran 2022-03-12 à 11.47.01
Capture d’écran 2022-03-12 à 11.42.58
Capture d’écran 2022-03-12 à 11.46.09
Capture d’écran 2022-03-12 à 11.42.09
Capture d’écran 2022-03-12 à 11.43.33
Capture d’écran 2022-03-12 à 11.38.25
Capture d’écran 2022-03-12 à 11.41.08
Capture d’écran 2022-03-12 à 11.39.53
Capture d’écran 2022-03-12 à 11.39.06

Résumé

À Mayotte, des milliers de femmes de tous âges dansent et chantent le debaa, un art fondé sur des poèmes mystiques soufis louant la vie du prophète Mohammad. Vêtues de leurs tenues traditionnelles, portant des masques de beauté, de bijoux et de jasmins, les femmes dansent une chorégraphie lente, raffinée et envoûtante, qui mobilise principalement les bras et le haut du corps. Elles montrent une manière féminine de vivre la religion, dont l'art du paraître joue un rôle fondamental. Plusieurs groupes s'affrontent lors de rencontres, faisant de la debaa une compétition où la poésie, la musique et la danse sont les seules armes.
Le film montre la passion de ces femmes et leur engagement, et donne une nouvelle image de la femme musulmane, de l'Islam et de Mayotte.
En toile de fond, on retrouve l'aspiration des femmes musulmanes du monde entier à un islam de paix, où les libertés individuelles et le besoin d'expression sont fondamentaux. Nous découvrons comment elles préservent leurs traditions tout en s'adaptant aux changements sociaux et sociétaux qui ont eu lieu au cours des vingt dernières années sur leur petite île "française" au milieu de l'océan Indien. Sur un ton léger, elles abordent les contradictions et les difficultés de la vie quotidienne imposées par le statut de territoire européen d'outre-mer, qui reste l'expression d'une logique post-coloniale.

Abstrait


In Mayotte, thousands of women of all ages dance and sing debaa, an art form based on mystical Sufi poems praising the life of the Prophet Mohammad. Dressed in their traditional outfits, wearing beauty masks, jewellery and jasmine, the women dance a slow, refined and enchanting choreography, which mainly involves the arms and upper body. They show a feminine way of living religion, in which the art of appearance plays a fundamental role. Several groups compete against each other in encounters, making the debaa a competition where poetry, music and dance are the only weapons.
The film shows the passion of these women and their commitment, and gives a new image of the Muslim woman, of Islam and of Mayotte.
In the background, we find the aspiration of Muslim women around the world for an Islam of peace, where individual freedoms and the need for expression are fundamental. We discover how they preserve their traditions while adapting to the social and societal changes that have taken place over the last twenty years on their small 'French' island in the middle of the Indian Ocean. In a light-hearted tone, they address the contradictions and difficulties of daily life imposed by the status of a European overseas territory, which remains the expression of a post-colonial logic.